La Boîte à Frissons présente :

Chantons dans le placard
Une comédie théâtrale et musicale écrite par
Michel Heim

Avec Vincent Escure, Michel Heim, Alvaro Lombard

Mise en scène de Christophe et Stéphane Botti
 

6 nouvelles représentations au Tango :
(13, rue au Maire - 75003)

du 5 au 14 novembre 2013,
les mardi, mercredi, jeudi à 20 h 30

Réservations :

La Boîte à Frissons


Achetez le CD "Chansons interlopes"
CD Chansons interlopes



Chantons dans le placard

Résumé
L'homosexualité en chansons
Genèse d'un spectacle
Note de l'auteur
La mise en scène
Les comédiens
L'auteur
La salle

Liste des chansons évoquées dans le spectacle

Toutes les illustrations sont de Narcisse Davim  (http://www.narcissedavim.com)


Résumé

Un jeune chanteur monte à Paris passer une audition pour jouer dans une mystérieuse comédie musicale. Il doit présenter une chanson « gay » qui lui convienne : mais comment la choisir ? Il va prendre conseil auprès d’un artiste renommé pour sa gouaille et sa culture interlope. Ce maître, accompagné par son pianiste, se lance avec brio dans un tour d’horizon sans complaisance du répertoire de la chanson gay.

Ainsi, ce spectacle raconte comment depuis un siècle, la chanson française a abordé le thème de l’homosexualité.

 


Chantons dans le placard :
l’homosexualité en chansons

Ce spectacle nous invite à découvrir comment la chanson française a entretenu avec l’homosexualité une relation passionnelle, parfois tortueuse, faite de séduction, d’allusions plus ou moins dissimulées, mais aussi de grands coups de gueule salutaires.

On sera étonné d’entendre comment les chanteurs ont longtemps contourné la censure sociale en maniant l’humour et les astuces : les chansons interlopes des années 30 excellent dans le genre (Le trou de mon quai, La tapette en bois, Le tsoin tsoin), un Charles Trénet avec L’abbé à l’harmonium ou encore Guy Béart avec Le monsieur et le jeune homme jouent avec l’ambiguïté et adressent au public des clins d’œil malicieux. Le chansonnier Robert Rocca, lui, entre dans le vif du sujet et provoque une hilarité complice en décrivant un village où Ils en sont tous. Parfois certaines chansons exagèrent dans la moquerie, elles pourraient aujourd’hui être taxées d’homophobie comme On dit qu’il en est de Fernandel.

Il y a les chansons qui se sont imposées par leur courage et l’émotion qu’elles suscitent (du reste, bien au delà du public strictement homosexuel), elles ont marqué leur époque et sont entrées dans la mémoire collective, à ce titre elles sont devenues incontournables : Comme ils disent (Charles Aznavour), Viril (Pierre Philippe interprété par Jean Guidoni), Entre elle et moi (Luc Plamondon, Catherine Lara), Une femme avec une femme (adaptation française de Pierre Grosz), Un garçon pas comme les autres (Luc Plamondon, Michel Berger), La grande Zoa ou Les pingouins (Frédéric Botton).

Mais nous avons voulu aussi présenter des chansons moins connues, que le public redécouvrira (Xavier d’Anne Sylvestre, Le Condamné à mort de Jean Genet mis en musique par Hélène Martin), et évoquer des moments qui ont fait date : le spectacle Les pédalos d’Alain Marcel, les chansons militantes du Fhar ou encore les délicieux détournements de paroles écrits par Michel Heim pour la troupe des Caramels fous.

Ces dernières années, le thème s’est banalisé, les chansons deviennent plus explicites et adoptent un ton gay friendly plus conforme à l'air du temps. Dalida a ouvert la voie en chantant Depuis qu’il vient chez nous, et beaucoup d’autres ont poursuivi, comme Francis Lalanne La plus belle fois qu’on m’a dit je t’aime, ou encore Renaud et Le p’tit pédé et même Michel Sardou qui a oublié Le rire du sergent pour chanter Le privilège.

Chantons dans le placard constitue une anthologie inédite, une excellente manière à la fois distrayante et rigoureuse, de faire sortir du placard tout un pan d’une culture populaire, très révélateur de l’évolution de la place de l’homosexualité dans la société.

 


Genèse d’un spectacle

Ce spectacle est l’histoire d’une passion qui dure depuis plus de dix ans ! En 1996, alors Président de l’association Les Gais Musette que je venais de créer, Martin Pénet me proposait de réaliser un disque regroupant des enregistrements de chansons de l’entre deux guerres évoquant ouvertement l’homosexualité. Apparemment aucun éditeur professionnel ne se montrait intéressé. C’est ainsi qu’en juin 1997, paraissait le CD « Chansons interlopes 1906-1936 ». Sa sortie fut fêtée en chansons, au feu Piano Zinc, cabaret mythique du Marais, lors d’une soirée savamment orchestrée par Jean Philippe Maran (alias Charlène Duval).

 

En septembre 1997 je lançais La Boîte à Frissons, bal gay et lesbien, au Tango, l’un des plus anciens dancings de la Capitale. Je renouais avec l’esprit des bals interlopes d’antan en remettant au goût du jour les danses à deux (valse, tango, paso, cha cha, etc.) et en mélangeant en cours de soirée les publics et les genres musicaux. Pour varier les plaisirs et ne pas lasser mon public, j’ai commencé à effectuer des recherches discographiques et découvrais avec étonnement les trésors du patrimoine de la chanson. En particulier, au hasard de mes explorations, je retrouvais des chansons qui s’inscrivaient très bien dans le prolongement des titres réunis dans le CD « Chansons interlopes ». J’ai été guidé et aidé par des passionnés généreux qui n’ont pas hésité à me faire profiter de leur immense culture et de leur discothèque personnelle (un merci particulier à Matthieu Moulin et Thierry Dupin).

 

Peu à peu s’est imposée l’idée de monter un spectacle qui raconterait les relations entre la chanson et l’homosexualité. Une première tentative fut présentée durant trois uniques soirées en juin 2001 sous la forme d’un récital, intitulé « Comme ils chantent… », mis en scène par Jean Philippe Maran et interprété par Benoît Romain. J’ai alors été convaincu qu’il fallait absolument dépasser cette trop simple compilation de chansons, et présenter un spectacle plus ambitieux, certes didactique, mais également teinté d’une certaine follitude, fidèle à l’esprit frondeur et délectable des chansons interlopes. Je voulais que l’on raconte les liens complexes et intimes qui existent entre la chanson et l’homosexualité, et montrer comment la chanson est à la fois un reflet de l’évolution de l’homosexualité dans notre société, mais aussi un outil subtil, qui en contournant la censure sociale contribue à faire évoluer les mentalités.

 

C’est finalement Michel Heim, comédien, chanteur et auteur notamment de « La Nuit des Reines » et des spectacles des Caramels Fous, qui a accepté de relever le défi et d’écrire cette comédie théâtrale et musicale « Chantons dans le placard » qui nous offre un superbe florilège de chansons gays.

Chantons dans le placard a été présenté une première fois au Tango en mars-avril 2006 avec une équipe de trois anciens compères du Piano Zinc (Denis D’Arcangelo, Patrick Laviosa et Benoît Romain), la mise en scène était déjà assurée par Christophe Botti et Stéphane Botti. L’excellent accueil du public et de la critique nous encourageait à prolonger le spectacle, malheureusement les comédiens n’étaient pas disponibles. Nous aurons donc attendu plusieurs années pour composer cette nouvelle affiche qui, nous l’espérons, connaîtra une longue carrière.

Hervé LATAPIE
Producteur, La Boîte à Frissons

 


De Comme ils chantent… à Chantons dans le placard

Note de l’Auteur

 

C’est avec enthousiasme mais non sans une certaine appréhension que j’ai accepté la proposition d’Hervé Latapie : mettre en forme théâtrale un florilège de chansons gay qui avait déjà fait l’objet d’un spectacle en forme de tour de chant intitulé « Comme il chantent… ». Comme le propos m’apparaît essentiellement didactique, j’imagine tout d’abord un spectacle en forme de conférence. Un vieux sketch dans lequel Jacqueline Maillan interprétait une conférencière bon chic bon genre, quoiqu’un peu déjantée, m’inspire un personnage de travesti.

Lorsque je soumets à Hervé les premières scènes écrites sur cette idée, il n’adhère pas vraiment à mon projet de conférence loufoque. Cependant avec un seul chanteur-comédien, je ne vois guère d’autres possibilités. Si, en plus du musicien, Hervé voulait bien m’accorder deux comédiens-chanteurs au lieu d’un, je pourrais sans doute imaginer un spectacle plus théâtral. Il me l’accorde.

Je me remets au travail et lui propose un dialogue entre un vieux travesti et un jeune chanteur « cuir » dans les loges d’un cabaret. L’idée lui plaît, et à partir de cette première version, la pièce ne cesse de s’enrichir sous diverses influences ; notamment, suite aux rencontres avec les comédiens-chanteurs et le metteur en scène pressentis.

Parmi eux Denis d’Arcangelo, que je connais depuis longtemps et pour qui j’ai beaucoup d’admiration. Denis n’hésite pas à me dire qu’en l’état, le spectacle manque d’une réelle dramaturgie. En outre, il n’a guère envie d’endosser à nouveau un personnage de travesti ; Madame Raymonde lui suffit amplement. Benoît Romain et Christophe Botti, que je ne connaissais pas encore, mais dont j’ai pu apprécier depuis, le talent, trouvent également le projet insuffisamment théâtral. En effet, jusqu’alors l’aspect didactique du propos m’a préoccupé davantage que la dramaturgie. Je me remets donc au travail, abandonnant le couple travesti – jeune « cuir », pour une relation maître – élève qui s’instaure entre les deux personnages à l’occasion d’une audition pour un rôle dans une comédie musicale gay. Il apparaît dès lors que le titre « Comme il chantent… » n’est plus très adapté. Je suggère « En attendant les années folles... ».

Cette version fait bientôt l’objet d’une première lecture à laquelle participe, outre Benoît et Denis, Patrick Laviosa, pressenti pour être le musicien accompagnateur, mais que j’ai pu apprécier également comme chanteur et comédien. Comme après la lecture Patrick se déclare partant dans l’aventure, il me paraît nécessaire d’étoffer son rôle et de faire du musicien accompagnateur un personnage à part entière. Je me remets donc à l’ouvrage et, quelques semaines plus tard, Hervé organise une nouvelle lecture de ce qui est devenu une véritable comédie aussi théâtrale que musicale et que j’intitule désormais « Le Chanteur de Chamalières » après qu’Hervé, en fervent défenseur de la langue française, ait refusé le titre : « Master Class ».

Le titre Le Chanteur de Chamalières ne fait pas non plus l’unanimité ; aussi, au terme d’une bonne demi-heure de brassage des neurones, nous finissons par tomber d’accord : c’est donc sous le titre de Chantons dans le Placard que cette comédie fut créée avec le succès que l’on sait. Je n’imaginais pas que quelques années plus tard Hervé Latapie me proposerait de reprendre le rôle du « Maître ». Succéder à Denis d’Arcangelo dans ce rôle est une gageure ; j’espère cependant me montrer digne de la confiance que m’accordent Hervé et les frères Botti.

Michel Heim


Mise en scène
Christophe et Stéphane Botti

« Chantons dans le placard » est un projet qui nous a de suite séduits : il y avait l’humour, la musique et une dimension « pédagogique » qui s’entremêlaient.

Pour nous, il y a toujours eu nécessité à écrire et à monter des textes qui ont des choses à dire : « Frères du Bled » sur la question des Harkis, « Un cœur sauvage » sur le suicide des ados qui se découvrent gay, ou encore « Doubles » sur la construction de l’identité. Avec « Chantons dans le placard », nous entraînerons les spectateurs dans un parcours à travers le temps, un parcours où l’on voit bien comment la chanson populaire (comme les arts en général) a un rôle à jouer dans la vision de l’autre, dans l’acceptation de l’autre.

Le texte de Michel Heim nous a fait découvrir, à nous jeune génération, beaucoup d’éléments historiques (oubliés, dissimulés) que nous voulons à notre tour transmettre. Le faire en s’amusant et en chantant, dans une ambiance « cabaret » de ce Tango que nous connaissons maintenant bien, est à présent notre objectif.

                   

Jumeaux à l’état civil, complémentaires professionnellement, ils ont exploré à eux deux une grande partie de la palette de la création : auteurs pour le théâtre, le cinéma et la télévision, comédiens mais également metteurs en scène et réalisateurs !
Parallèlement à leurs Maîtrises mention très bien sur le théâtre de Jules Verne à l’université Paris VIII, ils se forment à l’Ecole Florent, dans divers stages d’écriture et à la FEMIS pour Christophe.

En 1997, ils fondent la Compagnie des Hommes Papillons pour laquelle ils mettent en scène une quinzaine de pièces dont une dizaine écrites par Christophe : Lit et autres possibilités à l’Aktéon Théâtre en 2002 et 2005, Le Mur de la honte au Théâtre du Rond-Point en 2003, Un cœur de père à l’Espace Marais en 2003-2004, Les vieilles salives et Contre-Couples au Théo Théâtre en 2001 et 2003, Un cœur sauvage au Tango en 2005, puis à L’Essaïon, Un coeur en herbe au Tango et au Théâtre Clavel en 2010. Ils ont également dirigé une première version de Chantons dans le placard au Tango en 2006 et monté un opéra rock intitulé G, nos différences nous rassemblent.

Les textes dramatiques de Christophe - édités notamment aux éditions Alna, de La Traverse, Le Gueuloir ou de l’Amandier – lui ont valu d’être lauréat de la Fondation de France (Fondation Charles Oulmont / révélation Théâtre) et du concours Théâtre du XXIème siècle, organisé en 2004 par la Scène Watteau et la Fondation Beaumarchais, pour son texte Harkis/Frères du Bled. Il est également boursier de la fondation Beaumarchais pour sa pièce radiophonique Nuit de traverse diffusée sur France Culture. En mars-avril 2011, sa pièce Frères du bled est jouée au Vingtième Théâtre.

Les frères Botti sont également scénaristes et réalisateurs pour la télévision et le cinéma. En 2004, ils tournent un premier court-métrage Plutôt d’accord qui reçoit le prix du Public et la mention spéciale du jury au festival international G&L de Turin, le prix du public au festival G&L de Bruxelles, le prix du meilleur court-métrage au festival Vues d’en face de Grenoble. Depuis ils ont tourné ensemble Mon prince charmant est un peu con ! et Stéphane a réalisé seul Un peu de soleil dans les yeux. Actuellement, ils écrivent pour 21e production une adaptation en long métrage de la pièce de Christophe Un cœur sauvage.

Parallèlement à ces activités, ils animent un cours de théâtre hebdomadaire ainsi que des ateliers d’écriture dramatique et de scénario.

 

 


Les comédiens

Michel Heim

Expert-comptable auprès des Comités d’Entreprise, il se découvre à près de quarante ans un talent pour la comédie, l’écriture et le management. De 1987 à 2010, il dirige la compagnie Les Caramels fous pour qui il écrit une douzaine de comédies musicales parodiques dans lesquelles il joue, chante et danse. Les dernières en date étant Les Dindes galantes et Madame Mouchabeurre. Au milieu des années 90 il aborde le théâtre parlé avec succès avec notamment La Nuit des Reines, Chantons dans le Placard, Tante Olga et La Nuit des Dupes.

 

Alvaro Lombard

Pianiste, autodidacte et touche-à-tout. Accompagnateur au départ, il s'essaie rapidement au chant. Il est aussi comédien et travaille depuis une vingtaine d'années dans la production télévisuelle. Coach d'animateurs de télévision, il est également metteur en scène de spectacles pour enfants et s'imprègne de la fraîcheur de ce jeune public pour parfaire ses spectacles. Il a également prêté sa voix pour différentes productions de télévision.

 

 

Vincent Escure

Cumulant une formation théâtrale et à la comédie musicale Vincent a travaillé des auteurs comme Koltès (direction Patrick Simon), Corneille (direction Chantal Deruaz), Camus (direction Sarah Gerber), Victor Hugo (direction Yveline Hamon), Shakespeare (direction Laurent Serrano), Marivaux (direction Christophe Lemaître)…avant de passer par la « Rue des Fables » au théâtre Comédia et « La Nuit de l’ours » au théâtre de l’Atalante.

 


L’auteur
Michel Heim

Au début des années 70, alors qu’il prépare un mémoire qui lui vaudra le titre de Lauréat de l’Ordre des Experts Comptables, Michel Heim écrit sa première pièce en alexandrins « Néron la Romaine ». A la même époque, il crée, avec une demi-douzaine d’amis, le G.L.H. (Groupe de Libération Homosexuelle).

Après deux ans de militantisme pur et dur, Michel Heim disparaît du mouvement gay pour y revenir discrètement au début des années 80, via la chorale Chœur Accord, une association de gays chantants et dansants qui, en 1985, deviendra la Compagnie Les Caramels fous. Il en prend bientôt la direction et dès lors, il écrira les livrets et les lyrics de tous les spectacles des Caramels fous, (une douzaine à ce jour). Ces spectacles humoristiques et pleins d'esprit, faits de détournements des paroles de chansons et d’airs célèbres, sont la marque de fabrique de Michel Heim dont les textes participent pour beaucoup au succès des Caramels fous.

Parallèlement, au milieu des années 90, Michel Heim ressort de ses cartons sa pièce « Néron la Romaine », qu’il monte avec quatre autres comédiens issus des Caramels fous. A la fin des années 90, pour ces comédiens et lui-même, qui ont pris pour nom de troupe Les Amis de Monsieur, Michel Heim écrit une nouvelle pièce en alexandrins : « La Nuit des Reines » dont on a fêté la 350e représentation en 2008, puis La Nuit des Dupes créée en 2011 au théâtre des Variétés. Entre temps il écrit d’autres comédies pour différents comédiens, dont Tante Olga montée par le théâtre de La Huchette et Chantons dans le placard pour la Boîte à Frissons.

Avec « Chantons dans le placard » Michel Heim s’essaie avec bonheur, à un exercice inédit pour lui : écrire une comédie à la fois théâtrale et musicale à partir de chansons dont il n’est pas question de détourner les paroles originales, puisque le texte de ces chansons et leur contexte, sont en fait le vrai sujet de la comédie.

 


Le producteur
La Boîte à Frissons

Depuis 1997, Hervé Latapie a installé au Tango à Paris chaque fin de semaine Le Bal de La Boîte à Frissons, qui réunit un public savamment mélangé et propose une ambiance hors mode dans laquelle la chanson francophone occupe une place de choix. Des soirées spéciales se succèdent au gré des humeurs de « La Taulière » (une certaine Madame Hervé) et de l’actualité. De nombreuses attractions, spectacles d’amateurs ou de professionnels y sont présentées.

La Boîte à Frissons a aussi produit des concerts, spectacles musicaux et des pièces de théâtre. La Duchesse de Langeais de Michel Tremblay en 2002, Un cœur sauvage de Christophe Botti en 2005, Chantons dans le Placard de Michel Heim en 2006, les spectacles de Mado Lamotte (La garce du Québec en 2007, Les invasions bâtardes en 2009, Maudits français, Mado bitche la France en 2010), Un cœur en Herbe de Christophe Botti en 2010.

En 2011 La Boîte à Frissons produit Cambodge me voici, la première pièce de Jean-Baptiste Phou au théâtre de la Reine Blanche (avril 2011) et présente au festival OFF d’Avignon Chantons dans la Placard de Michel Heim avec une nouvelle distribution.


Liste des chansons évoquées dans le spectacle

(par ordre d’apparition dans le spectacle)

Titre et année de création Auteur, compositeur Interprète
Comme ils disent (1972) Charles Aznavour Charles Aznavour
Nous les tantes (1979) Alain Marcel Chanson du spectacle « Les pédalos »
Je pars à Marrakech (1979) Alain Marcel Chanson du spectacle « Les pédalos »
La grande Zoa (1965) Frédéric Botton Régine
Un garçon pas comme les autres (1979) Luc Plamandon, Michel Berger Chanson du spectacle Starmania
Les pingouins (1970) Frédéric Botton Juliette Greco
Depuis qu'il vient chez nous (1979) C. Carmone, V. Buggy,
J. Barnel
Dalida
Entre elle et moi (1991) Luc Plamandon, Catherine Lara Véronique Samson et Catherine Lara
Une femme avec une femme (1990) Pierre Grosz, José Maria Cano Mécano
Ouvre (1933) Edmond Haraucourt, Laurent Rualten Suzy Solidor
L'absinthe (1972) Barbara Barbara
La chanson de Ziggy (1979) Luc Plamandon, Michel Berger Starmania
Le condamné à mort (1973) Jean Genêt mis en musique par Hélène Martin Hélène Martin, Marc Ogeret
La plus belle fois qu’on m’a dit je t’aime (1980) Francis Lalanne Francis Lalanne
La différence (1996) Lara Fabian, Rick Allison Lara Fabian
Le rire du sergent (1970) Michel Sardou et Yves Desca, Jacques Revaux Michel Sardou
Le privilège (1991) Didier Barbelivien, Michel Sardou Michel Sardou
P’tit pédé (2005) Renaud Renaud
La Mauvaise réputation (1972) Adaptation par le Fhar  
Je suis comme je suis
(We are what we are)
Jerry Herman, adaptation de Michel Heim.  
Viril (1980) Pierre Philippe, Michel Cywie Jean Guidoni
Le petit accessoire Michel Heim, Isabelle Morelli Les Caramels fous
Xavier (1981) Anne Sylvestre Anne Sylvestre
Le monsieur et le jeune homme (1963) Guy Béart Guy Béart
L’abbé à l’harmonium Charles Trénet Charles Trénet
Il en est (1966) Michel Rivegauche, Blaness Fernandel
Ils en sont tous (1955) Robert Rocca, Gaston Claret Robert Rocca
Le trou de mon quai (1906) Paul Briollet, Jules Combes, Désiré Berniaux Dranem
Comprend qui peut (1970) Boby Lapointe Boby Lapointe
Titi, toto et patata (1923) Gaston Ouvrad Gaston Ouvrard
La tapette en bois (1933) Charlys Jacki
Le tsoin tsoin (1936) Géo Korger, Vincent Scotto O’Dett